Image Inn

"The eyes of others our prisons; their thoughts our cages." Virginia Woolf
Sep 16, 2014 / 12 notes

"The eyes of others our prisons; their thoughts our cages." Virginia Woolf

C’était à Mahalapye, petite ville sur la grand route entre Gaborone et Francistown, deux ou trois heures plein badin après le tropique. Je venais de m’ouvrir deux doigts en essayant de tirer la chasse dans les chiottes de la station service, il était près de midi, je crois, et ça pissait le sang et la couleur de partout. J’ai pris cette photo avec mon téléphone à l’hémoglobine. Quand il m’a vue faire ça, l’homme pomme s’est approché à grandes enjambées nerveuses. J’ai cru qu’il était en colère parce que je le prenais en photo mais non il était juste inquiet parce que je saignais. Il m’a demandé si ça allait, si j’avais besoin de quelque chose.J’ai dit non. J’ai dit merci. Que l’on allait s’occuper de moi. Alors il m’a souri et a repris sa trace dans les ocres violents. Un peu plus loin il s’est retourné, plusieurs fois, et on a continué à se parler-sourire un petit moment, jusqu’à ce qu’il disparaisse dans un mirage de bitume au loin. Il m’avait dit s’appeler James. Il prononçait ça comme “germes”. J’ai vite remis mes doigts dans ma bouche comme G. me l’avait ordonné…
Sep 16, 2014 / 15 notes

C’était à Mahalapye, petite ville sur la grand route entre Gaborone et Francistown, deux ou trois heures plein badin après le tropique. Je venais de m’ouvrir deux doigts en essayant de tirer la chasse dans les chiottes de la station service, il était près de midi, je crois, et ça pissait le sang et la couleur de partout. J’ai pris cette photo avec mon téléphone à l’hémoglobine. Quand il m’a vue faire ça, l’homme pomme s’est approché à grandes enjambées nerveuses. J’ai cru qu’il était en colère parce que je le prenais en photo mais non il était juste inquiet parce que je saignais. Il m’a demandé si ça allait, si j’avais besoin de quelque chose.J’ai dit non. J’ai dit merci. Que l’on allait s’occuper de moi. Alors il m’a souri et a repris sa trace dans les ocres violents. Un peu plus loin il s’est retourné, plusieurs fois, et on a continué à se parler-sourire un petit moment, jusqu’à ce qu’il disparaisse dans un mirage de bitume au loin. Il m’avait dit s’appeler James. Il prononçait ça comme “germes”. J’ai vite remis mes doigts dans ma bouche comme G. me l’avait ordonné…

Pot de colle…
Sep 15, 2014 / 14 notes

Pot de colle…

Traverser quand même…
Sep 15, 2014 / 14 notes

Traverser quand même…

Prendre la lumière…
Sep 15, 2014 / 9 notes

Prendre la lumière…

J’étais assis au bord du monde…
Sep 13, 2014 / 14 notes

J’étais assis au bord du monde…

Sep 12, 2014 / 17 notes

"Keitumetse Morite", oil on canvas, 40X50cm, Botswana 2014, painted by Christine Spadaccini.

L’escargot fait de pluie…
Sep 11, 2014 / 18 notes

L’escargot fait de pluie…

Je fais ma toile…
Sep 11, 2014 / 17 notes

Je fais ma toile…

Un coeur d’or…
Sep 11, 2014 / 15 notes

Un coeur d’or…

Who knows, we might get togther one of these days…
Sep 10, 2014 / 23 notes

Who knows, we might get togther one of these days…

Después de la lluvia. ..
Sep 9, 2014 / 18 notes

Después de la lluvia. ..

"Autoportrait au chapeau", oil on canvas,  40X50 cm, painted by Christine Spadaccini.
Sep 9, 2014 / 20 notes

"Autoportrait au chapeau", oil on canvas, 40X50 cm, painted by Christine Spadaccini.

"Thutlwa", oil on canvas,  73X54cm, Botswana 2014,  painted by Christine Spadaccini.
Sep 8, 2014 / 19 notes

"Thutlwa", oil on canvas, 73X54cm, Botswana 2014, painted by Christine Spadaccini.

Petites lunes de crépuscule…
Sep 8, 2014 / 28 notes

Petites lunes de crépuscule…